Alfa Romeo 156. Une beauté nécessaire

Une berline à l'âme sportive

En 1997, l'entreprise dévoile clairement ses intentions : créer une berline qui combine une excellence de style et un comportement dynamique impeccable en maintenant un équilibre parfait entre performance et manœuvrabilité. Une formule de produit 100 % Alfa Romeo. L'objectif était ambitieux et le résultat à la hauteur des attentes : l'une des meilleures voitures à propulsion était née.

La conception d'un chef-d'œuvre

Le style de la 156 était un mélange extraordinaire de force, d'innovation et de complexité. Le bouclier avant avait repris le dessus et projeté ses lignes sur le capot. Vus depuis l'avant, les garde-boue semblaient serrer les roues et s'alignaient sur la carrosserie, irradiant force et adhérence. Le jeu des surfaces en verre et en métal évoquait davantage le coupé que la berline. La poignée des portes arrière, intégrée dans la fenêtre, en devenait presque invisible tandis que les flancs lisses de la 156 soulignaient son profil élancé et dynamique.

Sportivité avancée

D'un point de vue technique aussi, la 156 était une voiture étonnante. Les concepteurs avaient pour mission de développer le concept de « sportivité avancée » en alliant puissance, légèreté et contrôle. Une formule qui a toujours exprimé les qualités de conduite Alfa Romeo. La 156 fit l'unanimité : c'était la berline la plus excitante de toute sa génération. La version sport avait la victoire dans le moteur : en 10 ans de championnats Gran Turismo, elle a en effet remporté pas moins de 13 titres.

La naissance du « common rail »

Selon la logique du Marché européen à l'époque, l'essence l'emportait sur les autres combustibles. Mais les règles étaient sur le point de changer. Et c'est Alfa Romeo qui a amorcé la révolution : la 156 était la première voiture au monde à utiliser le système « common rail », c'est-à-dire d'injection directe à rampe commune. Les journalistes qui avaient testé les modèles 1.9 et 2.4 JTD à Lisbonne étaient impressionnés : pour la première fois, un moteur diesel atteignait le niveau de performance, de silence et de confort offert par l'essence.

Voiture de l'année

La 156 a conquis les cœurs du public et des critiques. En 1998, elle valut la récompense internationale de la « Voiture de l'année » à Alfa Romeo pour la première fois de son histoire.